L’art de la sodomie – Comment en faire une bonne?

Une chose est sûre, ce n’est que très rarement la fille qui va vous réclamer que vous lui mettiez votre bite dans l’anus. La vie réelle est bien différente de ce qui se passe dans les films porno. Vous allez donc devoir vous travailler un peu la chose et suivre ces deux étapes très importantes pour que tout ce passe pour le mieux:

  1. Convaincre la fille de vous laisser lui pratiquer une sodomie

  2. Savoir pénétrer l’anus de votre compagne sans lui faire mal

sodo3

1/ Convaincre sa compagne ou son coup d’un soir de faire une sodomie

Avoir l’accord pour la lui mettre par-derrière c’est déjà 50% du travail de fait! Il y a plusieurs possibilités:

  • Il s’agit de votre petite amie, vous avez une relation de longue date avec elle mais vous n’avez jamais pratiqué l’anal. Parlez-en avec elle le plus simplement possible, sans tabou, mais sans froideur non plus. Si vous notez qu’elle réagit mal, expliquez-lui que c’est un des fantasmes masculin les plus populaires, donnez-lui des chiffres: 94% des français aimeraient essayer la sodomie. Expliquez-lui que ça pourrait être aussi un cadeau de sa part, pour noël elle pourrait vous laisser la sodomiser, dites-lui que, par amour, elle pourrait faire l’effort. Ça prendra peut-être des semaines ou des mois, mais si elle est amoureuse, vous l’aurez à l’usure, faites moi confiance.
  • vous êtes spécialiste des coups d’un soir, ou pas, vous connaissez à peine la nana, alors forcément, en parler avec elle avant l’acte c’est quand même assez délicat. Il faut procéder autrement. Faites votre affaire en douceur et arrangez-vous pour passer en levrette, limez la en lui tenant bien le cul et essayer de lui glisser délicatement ( très délicatement ) un doigt dans le cul, tout en observant sa réaction. Mettez-vous bien le doigt dans la bouche avant pour bien l’humidifier, ça passera mieux. Si elle vous éjecte le doigt rapidement, alors j’ai bien peur que ça soit compliqué mais vous pouvez retenter un peu plus tard de manière plus douce, caresser lui l’extérieur de l’anus avec le pouce, mais sans y entrer. Si jamais le doigt ça passe, alors là, par contre, il y a de l’espoir!

Sachez que selon un sondage de l’ifop/ELLE, réalisé en 2004, 66% des françaises avouent avoir déjà essayé le sexe anal. En 2004!!! Au jour d’aujourd’hui ça doit pas être loin du 80% à mon avis. Donc ayez confiance en vous, les chances que ça fonctionne sont quand même grande.

 

2/ Comment s’y prendre pour réaliser la sodomie?

Si le sondage de l’ifop cité plus haut nous annonce que 66% des femmes ont déjà essayé, il nous indique aussi que la moitié de ces femmes là ont eu mal et n’ont pas aimer l’expérience. C’est comme pour tout, il faut faire les choses correctement pour respecter sa partenaire et lui donner envie de recommencer un autre jour.

Ça peut vous faire sourire quand on vous dit que la sodomie peut être vraiment très douloureuse. Je vous recommande de regarder cette courte vidéos sur roadsexe, et vous verrez que ça peut vraiment faire très très mal.

sodovid
Source: Roadsexe

Les maîtres mots pour réaliser une bonne sodomie sont: lubrification et dilatation. Si ces deux points ne sont pas négligé alors ça devrait le faire mes amis.

a/ La lubrification anale

Elle est primordiale, mais attention, elle ne se fait pas n’importe comment. La salive, le beurre, l’huile d’olive ou les crèmes hydratantes de madame ne sont pas vraiment recommandés. Il existe tout un tas de produits spécialement créés pour ça. ( pour la lubrification, non pour la sodomie MDR). Certains sauvages utilisent des huiles/spray anesthésiantes, sachez qu’ils représentent un réel danger. Si la fille ne sent pas une douleur qu’elle devrait sentir elle pourrait avoir de lourdes séquelles.

La zone anale est ultrasensible, c’est une zone innervée disposant d’une grande multitude de capteurs cutanés. Il faut donc y aller très calmement, commencé par faire de grand cercle autour de l’anus puis refermer ces cercles de plus en plus, en veillant à ce que la friction soit nulle, ça doit glisser et non accrocher. Quand tout est bien glissant, quand on peut lui mettre un doigt facilement et sans douleur, que la fille est bien détendue, alors on passe à la suite: la dilatation.

Lisez cet article très complet dédié aux lubrifiants sexuels sur topsanté

 

b/ La dilatation anale

Soyez à l’écoute! Vous vous occuper de lubrifier l’anus de votre femme, mais c’est elle qui subit et ressent. Si elle couine ou si elle fait la grimace remettez un peu de produits lubrifiants et/ou allez y encore plus doucement. La sodomie est un acte de domination extrême, alors faire preuve de tact. Certains s’imaginent que si la première étape est bien faite ils vont pouvoir y aller direct en plantant leur queue dans le fion et ramoner comme un barbare: FAUX! Il faut bien préparer le cul, dilaté l’anus et les muqueuses.

La méthode: On commence par un doigt et on caresse doucement l’orifice de manière circulaire depuis son intérieur tout en faisant de petit mouvement de va et vient. Puis, on y ajoute un deuxième doigt et on continue. Selon les femmes, la dilatation, pour être optimum peut prendre de quelques secondes à plusieurs minutes, soyez patient, vous êtes à deux doigts du graal. Je dis 2 doigts car en général, quand on arrive au 4ème, c’est tout bon pour passer à la pénétration.

important: Il existe tout un tas de godemiché, de jouets sexuels et les boutiques qui les vendent sont de plus en plus nombreuses. Alors par pitié, éviter les fruits, les légumes et les bouteilles ( qu’elles soient en verre ou en plastique. ). Ça vous fait sourire? alors imaginez un peu devoir aller aux urgences avec votre femme parce que vous n’arriver plus à lui sortir du cul ce que vous lui y avez fourré.

sodo1
Position pour les expertes uniquement. Ça serait trop douloureux pour une première sodomie.

sodo2
Position idéale pour la grande première! Comme ça, une fois qu’on passe l’anneau, ça rentre tout seul!

 

Pour terminer, voici une galerie photo bien remplie:

 

 

 

Rappel: ces articles sur l’art de la séduction de Zone Sexy sont basés sur les expériences personnelles de nos journalistes et rédigés sur un ton humoristique voire caricatural. Mesdames, si vous lisez ces quelques lignes, faites preuve de second degré, merci. 😉